LE SOUFFLE D’AVIGNON 2021

Une semaine de lectures animées par les Scènes d’Avignon

LE SOUFFLE D’AVIGNON 2021

Une semaine de lectures animées par les Scènes d’Avignon

Cycle de lectures de textes inédits au Palais des Papes dans le Cloître Benoit XII

Du 12 au 25 juillet 2021 (relâches les 15 et 23 juillet)

« Allons à l’essentiel, n’avons-nous pas besoin des jeunes arbres pour reboiser nos forêts ».

Ces mots de René Char ­pourraient à eux seuls exprimer « le Souffle d’Avignon » créé en 2020 alors que le Festival était annulé pour raison sanitaire…

l’ADN de ce « Souffle» est une invitation au sein même du Palais des Papes, à un cycle de lectures pour découvrir des textes d’aujourd’hui en présence de leurs auteurs et lus dans de véritables distributions.

Dans ce cadre historique et symbolique, berceau du ­festival d’Avignon, les Scènes d’Avignon ont souhaité ­engager un ­espace de convergences et de rencontres, dans une ­inclusion nécessaire aux diverses pratiques théâtrales de la Cité.
Aussi nous ne pouvons que nous réjouir de la présence à nos côtés pour cet opus 2 du Festival d’Avignon.

Pour les Scènes d’Avignon*
Le Président Serge Barbuscia
*Les Théâtre(s) du Balcon (Serge Barbuscia), des Carmes (Sébastien Benedetto),
du Chêne Noir (Julien et Gérard Gelas), du Chien Qui Fume (Gérard Vantaggioli), des Halles (Alain Timàr).

En collaboration avec le Festival d’Avignon (Olivier Py)
Et la Maison Jean Vilar (Nathalie Cabrera)

 

Le Souffle d’Avignon est un évènement gratuit

 

Lundi 12 - Proposé par le Festival d'Avignon

Demain sera notre royaume

De et par Laurent Gaudé

 

Laurent Gaudé est un romancier et un auteur de théâtre qui fait partie intégrante du panorama littéraire français du XXIe siècle. Son œuvre, traduite dans le monde entier, est publiée par Actes Sud. Son nouveau texte « La dernière nuit du monde » est programmée dans le cadre de la 75è édition du Festival d’Avignon. Pour le Souffle d’Avignon, il lira lui-même un texte inédit.

Mardi 13 - Proposé par le Théâtre du Balcon

Où allons nous Monsieur ­Einstein ?

De Jean Baptiste Barbuscia
Lecture dirigée par Serge Barbuscia
Avec Brice ­Hillairet, Laurent Montel, Anne Priol

 

Ce texte s’engouffre dans cette équation qui a changé notre compréhension du monde, pour nous inviter dans une épopée surréaliste riche en questionnements, et en rencontres imprévues… Hors de l’espace et hors du temps, une aventure humaine où deux « Einstein » et leur chauffeur nous embarquent dans un voyage inattendu…

Mercredi 14 - Proposé par le Théâtre des Carmes

La vie des bord(e)s

De Sandrine Roche
Lecture dirigée par ­Sébastien Benedetto, Sandrine Roche
Avec Nolwenn le Doth, Mathilde Dromard, Régis Rossotto, Akram Sedkaoui

 

Elle rompt la monotonie d’une pelouse bien entretenue ; déterminée, elle est même capable de s’insinuer dans un mur, perçant la roche… Qui ça ? La mauvaise herbe. Car il y aurait la bonne – qui, docile, marche droit – et la mauvaise – qui ne suit pas la route de la majorité. Mais souvent, ce n’est pas celle qu’on croit qui permet les changements. Sous les traits d’un conte médiéval, Sandrine Roche déploie un court texte à la puissance subversive réjouissante : une mystérieuse plante paraît et, une fois brûlée, met en joie les sujets d’un royaume à l’organisation bien rodée, cadenassée et hiérarchisée.
Dans une société qui tend à se refermer sur elle-même, qui sacrifie la liberté de circulation, et bientôt de penser, sur l’autel d’une prétendue sécurité, ce texte rappelle que la chape de plomb peut être fissurée, voire brisée, en retrouvant la joie de l’action collective.
Ode à l’émancipation et à la liberté, La Vie des bord(e)s enchante aussi par l’inventivité de sa langue musicale, truffée d’incises et de mots venus d’ailleurs. Voici un texte matériau qui se partagera d’un.e interprète à de nombreux.ses joueur.se.s.

Vendredi 16 - Proposé par le Théâtre du Chien Qui Fume

Rachel carson ou le ­silence des oiseaux

De Jean-Claude Idée
Lecture dirigée par Jean-Claude Idée
Avec Christophe Barbier, Marie Broche, Emmanuel Dechartre, Agnès Régolo

 

Mère de l’écologie militante, figure phare de l’écoféminisme, Rachel Carson est la première lanceuse d’alerte. En 1962, dans son livre Printemps silencieux, elle se dresse seule devant le bloc des industries chimiques pour dénoncer l’usage massif du DDT qui décime oiseaux et insectes. Carson met en évidence que les insecticides peuvent provoquer des cancers et la stérilité de notre espèce.

Lorsque Carson mourut en 1964, elle préparait un ouvrage sur le réchauffement des océans qui risquait de provoquer un changement climatique global…

Les combats de Rachel Carson, sont plus que jamais, les nôtres.

Samedi 17 - Proposé par le Théâtre du Chêne Noir

Un homme qui boit rêve ­toujours d’un homme qui écoute

De Denise Chalem d’après Kamel Daoud
Lecture dirigée par Denise Chalem
Avec Stéphane Freiss, Mathieu Spinosi, Sarah-Jane Sauvegrain

 

A partir de la lecture des nombreuses chroniques de Kamel Daoud, j’ai été éblouie par la luminosité de ses analyses ainsi que par l’oralité de sa lan- gue. Je suis partie à la recherche de l’homme, de sa géographie et de son enfance. De là est née l’idée de cette rencontre imaginaire entre deux amis que tout sépare : culture, origine, l’un écrivain du Sud, l’autre musicien à Paris. De l’endroit où je suis, écrivaine libre de son écriture en France, à celle de l’écrivain menacé du Sud, j’espère avoir tissé un lien et une histoire qui rendront compte de l’émotion que j’ai ressentie dans ce voyage vers lui qui dit si bien : « Toutes les langues sont les nuances d’un seul feu. »

Denis Chalem

Dimanche 18 - Proposé par le Théâtre des Halles

L’installation de la peur

De Rui Zink, adaptation Michael Stampe et Alain Timár
Lecture dirigée par Alain Timár
Avec Charlotte Adrien, Valérie Alane, Edward Decesari, Nicolas Gény

 

Sur le seuil de la porte, deux hommes. L’un en costume cravate et mallette à la main, l’autre en bleu de travail et boîte à outils :

Bonjour, chère madame, dit celui en costume, d’un air aimable et souriant, nous sommes venus installer la peur…

Texte publié aux Éditions Agullo

Lundi 19 - Proposé par le Théâtre du Chien Qui Fume

La dernière histoire d’amour

D’Alberto Casella, traduit et adapté par Gérard ­Vantaggioli
Lecture dirigée par Gérard Vantaggioli
Avec ­Jean-Marc Catella, ­Nicolas Gény, Vanessa Aiffe-Ceccaldi, Hugo Valat

La mort en personne arrive un soir dans la maison de Monsieur Jean.

Elle vient lui annoncer que l’heure est venue de faire ses adieux.

Mais la mort propose quelques jours supplémentaires avant d’accomplir sa mission.

Quelques jours de vacances… chez son hôte entouré des siens, quelques jours de vacances dans le monde, parmi les gens qui la fuient.

Mardi 20 - Proposé par le Théâtre du Balcon

On entend des flûtes au loin

De Serge Valletti
Lecture dirigée par Serge Barbuscia
Avec Charlotte Adrien, Salvatore Caltabiano, Camille Carraz, Jean-Marie ­Cornille, Corinne Derian, Sophie Forte, Fabrice Lebert, Laurent Montel, Agnès Régolo­, Laurent Ziveri

 

Dionys Fragmolo, héros errant, rencontre un chef des chœurs au chômage, qui meurt encorné par un Minotaure dans le cabaret Le Méditerranée où ils sont venus tous deux passer la soirée. Sur son cadavre, on découvre des fragments de textes incompréhensibles. Est-ce un code secret ?

Une « inspactrice » interroge Fragmolo, mais il ne peut rien dire parce qu’il ne sait rien.

À l’aube, il finira dans les bras de madame Lambda.

Mercredi 21 - Proposé par le Théâtre des Carmes

Supervision

De Sonia Chiambretto
Lecture dirigée par Laetitia Mazzoleni
Avec Bertrand Beillot, Camille Carraz, Hélène July, ­Fabrice Lebert, Laetitia Mazzoleni

 

Supervision est une immersion à plusieurs voix dans le monde de l’hôtellerie de luxe, de l’école hôtelière aux retours clients sur TripAdvisor. Prêtant l’oreille à ce territoire socioprofessionnel, Sonia Chiambretto saisit des échanges entre les portes, surprend des conversations de couloir, déconstruit le langage managérial, observe les corps mobilisés, la souffrance et l’efficacité du personnel de service. Mêlant fiction, témoignages et documents d’archives, dans une langue aussi technique que poétique, Supervision dessine une  cartographie  sensible de l’espace social et du travail, où derrière le sentiment d’appartenance au Groupe et la résignation ambiante, émergent des pensées critiques et des pulsions dissidentes.

Jeudi 22 - Proposé par le Théâtre du Chêne Noir

Le jeu du Président

De Julien Gelas
Lecture dirigée par Gérard Gelas
Avec Andréa Brusque, Xavier Gallais, Alain Leempoel, Laurent Montel, Damien Remy

 

Le président triomphe, sa soif de réussite est étincelante. Pourtant il s’interroge, doit-il gouverner avec sérieux ou légèreté? Doit-il suivre ses propres intuitions ou celles de son entourage? Tout irait pour le mieux dans la meilleure des républiques si son plus proche conseiller n’était pas décidé à conduire le président à sa perte, et si la fille de ce conseiller n’avait pas été découverte sous un pseudonyme par les services du pouvoir comme étant une des principales opposantes du président. Un pacte se noue entre ces trois personnages, un pacte qui va sceller leur destin. Avec en filigrane les crises que nous vivons depuis cinq ans, «Le Président s’amuse» interroge le rapport des puissants au pouvoir et à l’image, dans cet espace où comédie et tragédie sont inséparables.

Samedi 24 - Proposé par le Festival d'Avignon

Délivrance

De Marie NDiaye
Avec Hakim Bah, accompagné de Arthur Bartlett Gillette

 

«  Délivrance » : Un exilé écrit à sa femme. Ses lettres se succèdent, dans lesquelles il la supplie d’aller voir ses vieux parents, réclame des nouvelles d’elle et de leur enfant… (Gallimard). Un autre texte de Marie Marie NDiaye, «  Royan », est programmé également dans le cadre de la 75è édition du Festival d’Avignon.

Dimanche 25 - Proposé par le Théâtre des Halles

Comme nous pardonnons aussi

De Pierre Notte
Lecture dirigée par Pierre Notte
Avec Pauline Chagne, Muriel Gaudin, ­Benoît Giros, ­Silvie Laguna, Clyde Yeguete

 

« La mère revient dans la maison familiale. Le père, après dix ans d’absence, est venu mourir là. Elle a convoqué ses trois enfants, et c’est l’heure des grands règlements de compte, du pardon, possible ou pas, des uns vers les autres. Portrait d’une femme, proie et victime de cet homme-là, qui s’en libère aujourd’hui. »